4 minutes de lecture (887 mots)

Emailing & newsletter : attention à l’utilisation des données privées de vos lecteurs en 2018 !

Grand changement avec le cold emailing et Loi RGPD

Vous envoyez une newletter tous les mois à vos clients ?
Vous pratiquez le « cold emailing »(1) ?
Vous utilisez des cookies sur votre site internet pour tracer vos visiteurs ?
À compter de mai 2018, avec l'entrée en vigueur du RGPD, vous devrez obtenir le consentement préalable et explicite de vos cibles avant d'engager toute action. Autrement dit, un simple message d'avertissement de ne suffira plus : vos fichiers devront être certifiés « double opt-in ».

Cette révolution fait suite au règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD) voté en 2017 par l'Europe, qui entrera en application en France le 28 mai 2018. Une nouvelle législation qui vise à protéger les données des citoyens européens tant sur le territoire de l'Union européenne, qu'en dehors.

Un impact majeur en termes de prospection BtoB

 Le bouleversement va être grand ! Si vous ne respectez pas les règles, attention à l'amende qui pourra être très dissuasive… S'agissant des amendes administratives, elles peuvent s'élever, selon la catégorie de l'infraction, de 10 ou 20 millions d'euros, ou, dans le cas d'une entreprise, de 2 % jusqu'à 4 % du  chiffre d'affaires annuel mondial, le montant le plus élevé étant retenu (source CNIL). À ce tarif, il faudra y réfléchir à deux fois avant de décider d'enfreindre la nouvelle règlementation.

Concrètement quels sont les changements

Comme nous l'avons évoqué en introduction, vos fichiers devront être « double opt-in » pour tous les envois d'emailing, de newsletter, à vos prospects et à vos clients, afin de répondre aux obligations du RGPD. Pour rappel, « l'opt-in » est le principe par lequel un individu doit donner son consentement préalable et explicite avant d'être la cible d'une prospection directe. Un individu ne peut donc être destinataire d'une newsletter que s'il a donné de manière claire et explicite son consentement à la réception de ce type de message.

Dans le cadre du RGPD, vous devrez désormais obtenir le consentement écrit du destinataire avant de lui envoyer votre newsletter, faisant partie d'un envoi en grand nombre. Autrement dit, vous devrez contacter vos clients et prospects en amont et ils devront confirmer leur accord en répondant à un email ou par tout autre moyen mis à leur disposition par vos soins. Sans cette confirmation, n'engagez aucun envoi !

En France, il était admis la pratique de l'« opt-out » dans le cadre des activités BtoB, une pratique qui consistait à envoyer un e-mail commercial à un individu sans lui avoir demandé auparavant son autorisation, mais en lui permettant cependant, dans le cadre du message, de solliciter à ne plus être dans la liste des destinataires. Dorénavant, comme pour les activités BtoC, cette exception française ne sera plus d'actualité en mai prochain.

 

Comment générer des liens entrants (leads) sans cold emailing ?

Plus difficile de constituer une liste de prospects…

C'est une mauvaise nouvelle : il sera plus compliqué d'établir une liste de prospects. D'autant plus que le règlement européen vous obligera à demander l'autorisation des prospects ou des clients inscrits dans vos listes, si celles-ci ne sont pas déjà « double opt-in ». Il est fort à parier que beaucoup d'entre eux saisiront cette occasion pour se désabonner ou qu'ils ne répondront pas au processus de validation.

Les sociétés spécialisées dans la vente de listes de prospection vont donc rencontrer ces mêmes difficultés… et leurs listes risquent d'être de moins bonne qualité et bien plus petites !

… Mais des listes plus qualitatives

Certes, il sera plus difficile d'obtenir un accord « double opt-in » de vos prospects et de vos clients, avec le risque comme nous venons de l'évoquer de récupérer des listes plus petites. Mais, plus petites, plus faciles à gérer et donc moins coûteuses, vos nouvelles listes seront plus performantes ! Les personnes ayant répondu favorablement au processus de validation seront réellement intéressées par vos produits et/ou prestations de service.

Une voie vers de bonnes pratiques et donc une bonne stratégie de communication

Les mauvaises pratiques finissent toujours par être remises en question. La guerre contre le spam est depuis longtemps déclarée et le cold emailing est très souvent assimilé à du spam. C'est une façon simple et sans réflexion en amont de tester une communication, de voir ce que cela donne dans un second temps… Et, encore une fois, on ne le dira jamais assez, une bonne communication, c'est d'abord une bonne stratégie. En définissant le but et les cibles de ses actions de communication, on minimise les coûts et les résultats sont de bien meilleures qualités.

L'ADN de l'agence Adazacam a toujours été de parler stratégie avec ses clients pour mettre en place les bonnes actions, les bons outils. Cette nouvelle législation va dans le bon sens, vers de bonnes pratiques et nous anticipons avec nos clients cette révolution : en définissant avec eux une bonne stratégie, nous constituerons des listes à hautes valeurs ajoutées afin d'obtenir des résultats qualifiés.

SEO : la technique de l’« evergreen content »
Création nouveau site internet pour Univers Bureau...
 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
samedi 20 octobre 2018

Image Captcha